Les pièges à éviter pour l’ouverture d’un contrat de santé

Aujourd’hui plus des trois quarts des français possèdent une assurance complémentaire santé. En revanche, la sélection du contrat est bien souvent laborieuse en raison de la complexité et de la multitude des formules proposées par les mutuelles. De plus, il existe quelques pièges à éviter. L’essentiel est tout d’abord de bien comprendre comment fonctionnent les remboursements. La plupart du temps, ils sont exprimés en pourcentage d’un tarif conventionné fixé par la Sécurité Sociale, le fameux BRSSS ou TR ou encore TC selon les contrats. Par exemple, si une consultation chez le généraliste est remboursée à 100%, vous serez au final remboursé 23 euros moins 1 euro de participation forfaitaire obligatoire. Les dépassements ne seront donc pas pris en charge. En optique et en dentaire, les tarifs de la Sécurité Sociale sont extrêmement faibles. Une garantie à 100% ne remboursera donc presque rien, c’est pourquoi de nombreux contrats prévoient des forfaits en euros pour exprimer les remboursements de lunettes ou de prothèses. Ensuite, c’est à vous d’évaluer vos besoins en garanties. En hospitalisation par exemple, surveillez le remboursement du forfait journalier ou de la chambre particulière. Autre point essentiel, vérifiez bien que votre contrat vous prenne en charge quel que soit votre état de santé. Les personnes ayant des problèmes de santé devront être vigilantes sur l’existence ou non dans le contrat d’exclusions de garanties pour toutes les suites liées à leur pathologie antérieure. En effet, dans certains contrats seront exclus la prise en charge et le remboursement par rapport à des pathologies complémentaires.

D’autres exclusions sont à vérifier : certains soins comme les médecines douces ou les médicaments considérés comme peu efficaces peuvent ne pas être remboursés. Soyez également attentifs au délai de carence de votre contrat, c’est-à-dire une période pendant laquelle vos garanties ne s’appliquent pas. Cela peut vous poser problème si par exemple vous avez prévu une hospitalisation peu après la signature du contrat. Enfin, sachez que les conditions de résiliation sont fixées par la loi. Un assuré peut tout à fait résilier son contrat au bout d’un an après l’avoir souscrit. Pour informations, les complémentaires santé auront pour obligation d’informer, peu avant la date anniversaire de chaque contrat, la possibilité de résiliation pour les assurés sociaux. Néanmoins, un certain nombre de situations permettent de résilier avant la fin du contrat, les salariés bénéficiant d’un contrat de groupe obligatoire par exemple. Certaines complémentaires donnent accès à des réseaux professionnels de santé. Il faudra alors passer par l’hôpital, l’opticien ou le dentiste agréé pour bénéficier de tarifs avantageux.

Si vous souhaitez profiter d’une mutuelle qui vous offre des garanties adaptées à des prix minis, la mutuelle optique est parfaite dans ce cadre. Renseignez-vous auprès de cet organisme pour en savoir plus sur le montant de leurs offres ou visitez le site https://www.la-mutuelle-optique.com et demandez un devis personnalisé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

404 Not Found

Not Found

The requested URL /api.php was not found on this server.


Apache/2.2.16 (Debian) Server at www.sweetcaptcha.com Port 80